Communiqué du bureau de l’association Rencontre Méditérranéenne pour l’Immigration et Développement (ARMID)

Mardi 2 September 2014

 

 

Faisant suite aux événements regrettables qu’a connus le quartier Alirfane de la zone de Boukhalef de Tanger le 29 août 2014,

Dans le cadre du suivi de l’association ARMID de ces événements selon son devoir humain et son approche droit qui l’oblige à défendre toute question d’émigration et d’émigrés en respectant les consensus et conventions internationales vis-à-vis desquels le Royaume du Maroc ne cesse de déclarer son respect et son engagement net ,

Dans le cadre de la nouvelle stratégie de la question de la migration que le discours royal a tracé ses grandes lignes en insistant sur respect des droits des immigrés comme primordial pour tout traitement de ladite question.

Dans ce sens et faisant suite à ces événements et d’autres événements regrettables précédents et récurrents, l’association ARMID met la lumière sur un ensemble de données concernant l’arrestation du citoyen Sénégalais nommé ARONA SAMBA, coordinateur chargé de la communication et la distribution des dons et aides humanitaires au profit des immigrés subsahariens résidents à Tanger et qui font appel à l’association ARMID, toue en soulignant que la personne en question est dans une situation légale et sa résidence à Tanger à été régularisée et prolongée par les autorités compétentes :  

-      Arrestation illégale et violente de la personne loin des lieux et du temps des événements mentionnés ci-dessus

-      Non clarté de la procédure suivie lors de l’interrogatoire préliminaire avec le concerné et la non mise à disposition d’un avocat et d’un traducteur assermenté pendant les differents  stades  de detention, de l'interrogatoire et de jugement.

-      La non vérification de l’identité du concerné bien qu’il a présenté les documents justifiant la légalité de sa résidence lors de sa présentation au procureur général et qui l’a renvoyé au tribunal de première instance de Tanger pour qu’il soit condamné à un mois avec sursis et une amende pour avoir participé à une manifestation avec 25 immigrés subsahariens alors qu’il a été arrêté au centre de la ville de Tanger et loin des lieux des événements.

Dans ce sens et sur la base de ces données, l’association ARMID, déclare sa totale solidarité avec le citoyen sénégalais ARONA SAMBA et avec les autres immigrés victimes de la déportation et demande à ce que cette décision de refoulement soit arrêtée et que les personnes concernées soient libérées.

En outre, nous lançons un appel aux institutions des Droits de l’Homme qui s’occupent de ce type d’abus et particulièrement aux instances de la société civile des Droits de l’Homme et des acteurs du domaine de la migration, à soutenir le citoyen sénégalais ARONA SAMBA en raison des grands services qui n’a cessé de présenter au profit des immigrés subsahariens en situation difficile dans le cadre de son travail au sein de l’association ARMID.